L’éolienne en mer, une solution durable?

Ecrit par KapTech

10 février 2021

De nos jours, l’éolienne maritime est de plus en plus plébiscitée pour produire une énergie verte et renouvelable.

De plus, elle possède beaucoup d’avantages  par rapport aux éoliennes terrestres.

Comme l’éolienne terrestre, dit onshore, l’éolienne maritime se base sur le même principe de fonctionnement. En effet, les éoliennes utilisées sont très similaires, ce n’est que leur emplacement et leur ancrage qui diffèrent. 

Pour rappel, une éolienne produit de l’énergie grâce à la force du vent. Les pales de l’éolienne vont être mises en rotation pour ensuite produire de l’électricité grâce un générateur, comme la dynamo d’un vélo par exemple.

Mais ce qui fait la force de l’éolienne maritime est sa production. En mer, les vents tendent à être beaucoup plus forts et réguliers que sur terre, ce qui augmente par conséquent considérablement la production d’énergie. En outre, le problème esthétique que représentent les éoliennes est moins important lorsqu’elles sont implémentées en mer — du moins, quand elles le sont assez loin des côtes. En effet, les éoliennes suscitent souvent la colère des habitants pour leur aspect inesthétique quand elles sont construites à vue des habitations.

Depuis les années 1990, l’éolienne maritime s’est développée en Europe expérimentalement, avant de commencer à être implémentée un peu partout dans le monde. En 2017, il représentait un peu moins de 19 000 mégawatts (MW) produits dans le monde. Soit environ 21 fois la puissance d’un réacteur nucléaire français moyen. La Belgique se situait alors à la sixième place pour une puissance de 877 MW sur les 19 000 produits.

À titre de comparaison, une éolienne offshore est en moyenne deux à trois fois plus puissante qu’une éolienne maritime mais sont plus chères.

Le coût élevé des éoliennes maritimes réside dans leur mise en place et leur raccordement plus difficiles que des éoliennes onshore. Contrairement aux éoliennes terrestres, construire des éoliennes en pleine mer est un réel défi. En effet, il faut trouver un moyen de les fixer pour qu’elles puissent rester stables malgré les vents violents et la houle.

Lorsque la profondeur est inférieure à environ 40 mètres, il existe 3 types de fondations pour installer une éolienne.

Le monopieu est de loin la technique la plus utilisée représentant environ 90 % du parc éolien maritime. Il est simple d’installation, résistant et peu coûteux. Le « Jacket » est, quant à lui, utilisé dans des endroits plus profonds où l’installation d’un monopieu n’est pas possible. Il représente environ 9 % du parc. La fondation en béton gravitaire est beaucoup plus rare puisqu’elle représente environ 1 % du parc.

Quand la profondeur augmente, notamment dans le cas du farshore, les éoliennes sont installées avec un dispositif dit flottant. 

L’éolienne est placée sur une base flottante qui est reliée au fond marin par des câbles pour assurer sa stabilité. Elle est généralement montée sur terre et remorquée jusqu’à l’endroit où elle sera posée. Ce procédé est plus simple que les éoliennes maritimes à faible profondeur car elles nécessitent beaucoup moins de matériaux pour être posées. De plus, l’impact environnemental est bien plus léger.

Avancée du projet

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Restez informé des dernières nouveautés! 

Soyez prévenus de nos prochains événements

Suivez-Nous sur les réseaux sociaux